ADMISSION 2 POUR 1

SUR LE CHEMIN DU MEUNIER (JOUR)
KABIR KOUBA À LA LANTERNE (BRUNANTE)

Jusqu'au 31 août 2018 seulement

Téléchargez la promotion ici

Publié le

L’épineuse question des biens des Jésuites

Depuis leur arrivée en Nouvelle-France, les Jésuites ont vu leurs possessions foncières s’accroître, notamment par des concessions de plusieurs seigneuries, dont celle de Saint-Gabriel. On affirme même que leurs propriétés formaient, sous le régime français, le plus grand ensemble de terres exploitées de toute la colonie (Alain Laberge, Portraits de campagnes. La formation du monde rural laurentien au XVIIIe siècle, Québec, Presses de l’Université Laval, 2011, p. 77-78.). Ce patrimoine, surtout après la Conquête de 1759, soulève plusieurs questions d’ordre juridique. Grâce aux écrits d’Antoine Braun, écrivain jésuite à qui on avait demandé de s’attaquer au problème des biens de l’Ordre, on peut confirmer que le décès du dernier représentant, Jean-Joseph Casot, permet à la Couronne britannique de s’accaparer leurs richesses en l’année 1800. (Antoine Braun, Mémoire sur les biens des jésuites en Canada, Montréal, C.-O. Beauchemin et Valois, 1874, p. 104). Maintenant passées aux mains des Anglais, ces ressources sont administrées par la nouvelle Commission des biens des Jésuites créée à l’initiative du gouvernement. Ceci n’est qu’un épisode d’une longue épopée qui se poursuit pour une période de soixante-quatorze ans, caractérisée par des négociations pour la restitution des biens à l’Ordre.

image : wikipedia
Publié le

Une plante qui traite les maux de dents

La savoyane, aussi connue sous le nom de coptide du Groenland est une plante que l’on retrouve sur le site de la chute Kabir Kouba. Elle fleurit au printemps dans les forêts de conifères.

Considérant la plante comme un antiseptique et un analgésique, les femmes amérindiennes broyaient les racines de la savoyane pour les transformer en poudre et y ajoutaient un peu d’eau. Cette mixture pouvait être utilisée pour les bébés souffrant de maux de dents. Elle était appliquée directement sur leurs gencives.

Publié le

Le régime seigneurial

Au temps de la colonisation en Nouvelle-France, les terres d’habitation étaient distribuées selon le régime seigneurial, ce qui signifie, physiquement, que les terres étaient découpées en rectangle le long des cours d’eau, de façon à donner accès audit cours d’eau à un maximum de personnes.

Aux alentours du site de la chute Kabir Kouba, les habitations se construisaient donc autour de la rivière Saint-Charles. Par contre, le régime seigneurial impliquait bien plus que cela : c’était un échange de ressources. En effet, le seigneur était propriétaire des terres et il les louait aux habitants qu’on nommait les censitaires. Pour vivre sur ces terres, les habitants devaient effectuer le paiement du cens et diverses obligations comme la construction et l’entretien de chemins.

Vers le XVIIIe siècle, c’était la communauté religieuse des Jésuites qui jouait le rôle du seigneur dans la seigneurie Saint-Gabriel ce qui témoigne le grand pouvoir politique qu’exerçait la religion il n’y a que quelques centaines d’années au Québec.

Publié le

La Mer de Champlain

L’hydrographie dans la province de Québec a énormément évolué au fil des siècles. En effet, à la suite de l’ère glaciaire du continent nord-américain, il y a un million d’années, l’eau composant la calotte de glace était épaisse de trois kilomètres.

Les études du territoire ont déterminé qu’il y a environ 10 000 ans, ce qui compose aujourd’hui la province territoriale des basses-terres du Saint-Laurent, était entièrement recouvert d’une étendue d’eau salée qu’on appelle la Mer de Champlain.

Cette mer recouvrait, entre autres, Ottawa, Montréal, Laval, et une bonne partie de la ville de Québec. Le fleuve Saint-Laurent et des cours d’eau comme la rivière Saint-Charles sont donc ce qu’il reste de la Mer de Champlain.

Image provenant de Wikipedia
Publié le

Les marmites naturelles

Aux abords de la chute Kabir Kouba, il est possible d’observer le résultat d’un fascinant phénomène d’érosion: les marmites. Ces puits naturels se forment lorsque de petits cailloux emportés par le courant de l’eau creusent les parois rocheuses. La forme circulaire des marmites est sculptée par ces cailloux prisonniers de la force centrifuge engendrée par le courant de l’eau.

Dans le parc de la falaise, la plus grande marmite est profonde de plus d’un mètre et demi. En observant la forme presque trop régulière pour être naturelle des marmites, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi plusieurs légendes ont tenté d’expliquer leur existence au cours de l’histoire.